Comptes rendus des manifestations passées

                                                                                           Textes et Photos:  Alain Amalberti

4ème MONTEE HISTORIQUE

DU MONT VENTOUX

 

C'est le poète Pétrarque qui fut le premier homme à atteindre les 1910 m du sommet du Mont Ventoux. C'était en 1336.

Depuis, les trois routes qui escaladent le Géant de Provence, aussi appelé Mont Chauve, sont devenues les chemins menant au Graal pour de nombreux sportifs : cyclistes, motards, joggeurs, marcheurs, skieurs. Depuis 1902, avec la création de la mythique Course de Côte automobile, le Mont Ventoux est devenu le paradis des amoureux de belles mécaniques.

La quatrième édition de la Montée Historique du Mont Ventoux, organisée par Phocéa Productions, ne dérogeait pas, ce Dimanche 25 Septembre, à une tradition bien établie.

 

Tout commençait Samedi par les vérifications administratives et techniques permettant de valider la participation des pilotes et des voitures.

Rappelons qu'une montée historique, ou « démonstration sur route fermée » est un « copié/collé » d'une course de côte, en particulier au niveau de la sécurité, traitée de façon drastique ; privatisation de la route par arrêté préfectoral, présence d'un directeur de course, d'un pool de commissaires et de signaleurs, d'un médecin urgentiste, d'une ambulance et d'une dépanneuse.

La particularité des montées historiques résidant dans l'absence de toute compétition. Pas de chronométrage, donc pas de classement. Que de la passion et du fun.

Et surtout le bonheur de voir évoluer des autos anciennes, parfois rares, souvent mythiques et toujours dans des états de préparation et de présentation irréprochables.

 

A lire la liste des engagés, tous les aficionados du sport automobile avaient déjà des étoiles plein les yeux ; Alpine, R8 Gordini, Rallye II et III, Ford Escort et Fiesta, R5 Turbo 2, BMW, NSU, Opel, Porsche, côtoyaient des autos à l'histoire bien chargée : une Jidé Original de 1973, une Ferrari 348, une AC Cobra de 1987, une Jaguar Type D de 1964 ainsi qu'une merveilleuse Jaguar MK2 venant tout droit du Royaume Uni et ayant participé à plusieurs Tours Auto et Rallies de Monte Carlo Historiques. Étaient également présents deux véhicules d'un autre monde ; un Buggy Apal de 1959 et un Pick-Up Ford F100 de 1964. Enfin, pas de montée historique sans monoplaces et protos. Une 4cv très spéciale, deux Dauphines tout autant affûtées, deux Fiat Cinquecento, une Norma, une Serem, une Mep X27, une Martini MK76, une Martini MK30, une Taatus FR. Un plateau varié et chatoyé.

 

Les Dieux de l'Olympe doivent aimer les belles autos, car, malgré une météo très pessimiste et quelques cumulus vite pourchassés par un léger Mistral, pas une seule goutte de pluie ne vint déstabiliser l'organisation de cette manifestation devenue incontournable, et qui avait rameuté de très nombreux spectateurs. Seules de courtes portions de route restaient humides lors de la première monte du matin, piégeant une Alpine qui allait à la faute dès les premiers kilomètres.

 

Aucun autre incident ne venant émailler le déroulement de l'épreuve, et grâce à la discipline de tous les participants, bien encadrés par les bénévoles et par les commissaires sous les ordres de l’inénarrable Jean-Pierre Bertos officiant comme directeur de course, et la célérité de Michel Vignal, l'homme orchestre de Phocéa Productions, une monte supplémentaire était lancée après la troisième, minimum prévu par le règlement. Il y eut même une cinquième monte, pour le plus grand plaisir de tous. Ce furent donc, la chose est suffisamment rare pour le souligner, près de 40 km de route fermée, que les participants purent gravir.

 

Cette dernière manifestation de l'année logotisée Phocéa Productions fut, de l'avis général, une pleine et belle réussite.

 

Dans un communiqué, Michel Vignal remerciait les « pilotes » venus avec de vraies anciennes, parfois de très loin ; Bretagne, Aveyron, Loire, Haute-Loire, Rhône, Isère, Pyrénées-Orientales...

Ses remerciements allaient aussi aux municipalités de Sault, Aurel et Bédoin pour leur accueil, à l’Écurie des 7 virages venue en amie donner une aide précieuse, aux hôteliers et restaurateurs de Sault (sans oublier le Chalet Reynard) et aux Autocars Sumian de Manosque qui avaient mis une navette gratuite à la disposition des spectateurs. Le docteur Domergue était également mis à l'honneur, tout comme les Ambulances de Bédoin et le garage Catto pour sa dépanneuse.

 

Avant la parution du calendrier 2023 qui devrait réserver de belles surprises, les habitués n'oublieront pas, le 4 décembre, le Bouchon d'Eyguières qui remémorera les embouteillages d'avant l'autoroute...

 

 

EXPOSITION DE VEHICULES HISTORIQUES

EYGUIERES 2022

 

 

Dimanche 24 Juillet 2022 ; sous un ciel bleu immaculé et un soleil resplendissant, Phocéa Productions organisait son annuelle exposition de véhicules historiques, à Eyguières, aux pieds des Alpilles (13).

 

Dès 9 heures du matin les exposants arrivaient, dans une ambiance bon enfant et conviviale, qui convient parfaitement à ce type de manifestation réservée aux passionnés de belles mécaniques et de carrosseries rutilantes, d'avant le « tout électrique »...

Tout le monde se connaît, ou fait très vite connaissance, devant un capot ouvert ou à côté de la machine à cafés, offerts par les organisateurs.

Tous les clubs de la région, et même de beaucoup plus loin, sont représentés, et non amis motards font partie de la fête, avec des machines superbement restaurées.

 

Cette année, l'accent était mis sur trois anniversaires : les 50 ans de la Renault 5 et de la Peugeot 104, ainsi que les 40 ans de la Citroën BX.

Des espaces en places d'honneur étaient donc réservées à ces légendes de la production française, dont certaines possèdent un palmarès sportif connu de tous.

On pouvait admirer une douzaine de R5, dont plusieurs Turbo 1 et 2, une dizaine de 104, dont quelques belles ZS et ZS2 (l'une d'entre elles particulièrement affûtée), et des BX Sport ou GTI 16S.

A côté de ces rétrospectives, on pouvait admirer pléthore de « populaires », Renault 4cv, Dauphines,R4L, Peugeot 403, Citroën Traction et 2cv, Simca 1000, Panhard, etc... qui ravivaient quelques beaux souvenirs de vacances d'enfants.

Et puis, bien sûr, une pléiade d'autos plus sportives telles que AC Cobra, Chevrolet Corvette, Triumph TR3 et Spitfire, Berlinettes Alpine, Simca Rallye II, Gordini, MG Midget, Austin Mini, etc...

 

Comme les collectionneurs sont de bons vivants, on notait la présence souriante d'un « Stand Paëlla » pour que tout ce beau monde puisse se restaurer, au son des guitares du groupe Salamanca, venu tout droit de Camargue.

 

Une journée de pur plaisir et de pure passion, où l'on a dénombré pas moins de 200 véhicules venus montrer qu'à une certaine époque, pas si lointaine, l'automobile loin d'être décriée comme aujourd'hui, était adulée et respectée.

 

Dans l'après-midi, informellement, la manifestation se dispersait, chacun repartant avec des étoiles plein les yeux et une nostalgie non dissimulée.

 

Prochain événement proposé à Eyguières par Phocéa Productions, le « Bouchon », réminiscence des embouteillages d'antan, d'avant l'autoroute, qui aura lieu le dimanche 4 Décembre 2022.

Pour tous renseignements concernant cette manifestation totalement gratuite :

www.phocea-productions.fr.

8° MONTEE HISTORIQUE

COL ST JEAN / DRÔME PROVENCALE

 

Quand la forte odeur du Ferodo martyrisé vient épouser le délicat parfum des lavandes prêtes à être coupées, et que, dans les Baronnies, résonne la musique des échappements libérés, le Col St Jean, en Drôme Provençale, s'anime. La 8° édition de la désormais incontournable Montée Historique s’immisce sur la mythique route, qui fut jadis un haut lieu du Rallye de Monte Carlo, et une spéciale du Rallye du Laragnais.

 

Particularité de cette « démonstration sur route fermée », elle se déroule sur deux jours, et sur deux parcours différents ;

Le samedi après-midi, au moins trois montes empruntent la route entre Laborel et le sommet du col, alors que le dimanche, ce sont au moins cinq montes qui escaladent le col au départ d'Eygalayes.

Et toujours sans chronométrage, donc sans classement. Juste pour la passion et le plaisir de rouler en toute sécurité, avec son ancienne.

 

A Laborel, c'est dans les locaux du Musée du Rallye de Monte Carlo que les participants se retrouvent, samedi au petit matin, pour se prêter, dans une ambiance aussi sérieuse que conviviale, aux traditionnelles vérifications administratives et techniques.

 

13h30 sonnent au clocher du village quand la voiture de Marc Ducarteron, le directeur de course, ferme officiellement la route, tout en vérifiant que les drastiques conditions de sécurité sont respectées et que tous les commissaires sont en poste.

Le drapeau tricolore est agité, et les premiers « concurrents » peuvent s'élancer.

Petite frayeur avec la voiture portant le numéro 34 ; l'Opel Manta part à la faute, et se retrouve en contre bas de la route, sur le toit. Plus de peur que de mal, le pilote est sain et sauf, et se retrouve condamné à devenir spectateur.

Après quelques minutes de neutralisation la Montée Historique peut reprendre, sans qu'aucun autre incident ne vienne en perturber le déroulement.

Le nombre d'engagés, 50 au départ, venus, à noter, de 10 départements différents, permettra même d'effectuer une quatrième monte, ce que tous apprécieront en cette fin de journée toujours bien ensoleillée.

 

Dimanche matin, après une bonne nuit de sommeil réparateur pour les pilotes comme pour les mécaniques, c'est d'Eygalayes que les hostilités reprennent. Quatre montes au programme, aux quelles, aucun incident n'étant à déplorer, deux montes supplémentaires sont rajoutées, sans que personne ne s'en plaigne.

Ce sont donc dix montes qui seront effectuées, soit un total de 50 km de routes fermées, ce qui est suffisamment exceptionnel pour en féliciter les organisateurs de Phocéa Productions.

 

La manifestation se terminait par un « pot d'honneur » offert par la municipalité d 'Eygalayes.

A cette occasion, Michel Vignal, le président de Phocéa Productions, lord d'un court débriefing mettait l'accent sur l'excellente prestation des participants. Il insistait sur le travail des commissaires présents au bord de la route pour assurer une sécurité optimale, et il mettait à l'honneur les bénévoles qui œuvrent avant, pendant et après la manifestation pour assurer un maximum de plaisir à tous ces amoureux de belles mécaniques, dans un esprit « bon enfant » et un sérieux que tous apprécient.

Il remerciait enfin les partenaires fidèles à la Montée historique, en particulier la Communauté des Communes des Baronnies, les municipalités de Laborel, Eygalayes, Izon-la-Bruisse, Ballons, Mévouillon et Vers-sur-Méouge, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, la société Davin, et la Direction des Routes de la Drôme.

 

3° RONDE HISTORIQUE DES ALPILLES

 

C'est au milieu des paysages peints par Vincent Van Gogh et chantés par Frédéric Mistral,que s'est déroulée, ce Jeudi 26 Mai, la 3° Ronde Historique des Alpilles, organisée par Phocéa Productions, sous un soleil déjà estival, et agitée d'un vent rafraîchissant.

 

Une ronde historique, faut-il le rappeler, est ordonnée à l'instar d'un rallye traditionnel, avec des portions de routes privatisées, où par arrêté préfectoral, la circulation est interdite à tous usagers étrangers à la manifestation. Ces « spéciales » sont reliées par des routes normalement ouvertes, sur lesquelles les participants doivent se conformer aux règles du code de la route.

La seule différence avec les « vrais » rallyes réside dans l'absence de tout chronométrage, et donc de tout classement. Juste pour le plaisir de faire rouler en toute sécurité des voitures anciennes, sportives ou pas.

 

L'épreuve se déroulait en quatre portions, elles-mêmes composées de deux « spéciales » qui, à chaque tour changeaient de sens, afin de varier les plaisirs.

Après avoir satisfait, dès le matin, aux traditionnelles vérifications administratives et techniques, les 36 engagés s'élançaient pour un premier tour.

 

Une Morgan+4 Drophead, une Manta 400, une superbe Ascona groupe 2, une rare Matra Muréna habituée du Rallye de Monte Carlo Historique, une Talbot Lotus très affutée, une BMW 2002 groupe 2, et la meute habituelle des autos construites avant 1988 : Mini Cooper, 104 ZS et ZS2, Rallye II, Golf GTI, Berlinettes Alpine, Porsche 914 et 911, R5 Alpine, 205 GTI, etc...

Dans le bruit des échappements compétition, dans l'odeur des freins et des pneus martyrisés, la première boucle se déroulait sans aucun problème, sous la vigilance de 11 postes de commissaires, d'un directeur de course (inénarrable Jean-Pierre Bertos) et du docteur André Mailloux.

La pause méridienne permettait aux mécaniques de se reposer et aux participants de se restaurer tout en racontant des anecdotes plus ou moins « enjolivées ».

Vers 14h, la deuxième boucle était lancée, avec Aureille comme point de départ du premier secteur, et Roquemartine comme arrivée. Le second secteur démarrait encore d'Aureille pour terminer à Eygalières.

Après une courte pause assistance, la troisième boucle pouvait mener les concurrents au départ du premier secteur : Roquemartine ; l'arrivée étant jugée à Eygalières. Le second secteur partait d'Aureille pour rejoindre Roquemartine.

Enfin, la quatrième et ultime boucle voyait le convoi en découdre, d'abord entre Roquemartine et Aureille, puis entre Eygalières et Roquemartine.

De quoi perdre ses repaires si le road-book, très précis au demeurant, n'était pas suivi à la lettre.

Seul petit bémol à cette belle journée de passion et de convivialité, l'abandon sur casse mécanique, de la R5 Alpine groupe 2 du jeune équipage Ugo Laforest / Maeva Vendrell.

 

18h37 sonnait au clocher d'Eyguières lorsque les premiers passaient la dernière ligne d'arrivée, et se regroupaient sur le parking du collège, devant l'ancienne gare reconvertie en salle polyvalente.

Là, une collation offerte par la dynamique municipalité Eyguiérenne, attendait tout ce petit monde, fatigué mais heureux d'avoir pu parcourir, chose assez exceptionnelle, près de 70 kms de routes fermées, où chacun pouvait « lâcher les chevaux » selon ses talents et ses ambitions.

 

Michel Vignal, le président de Phocéa Productions, dans un court débriefing, remerciait les partenaires : la Ville d'Eyguières et Pelimmo, les commissaires dont l'efficacité n'est plus à prouver, les bénévoles, nombreux et indispensables, ainsi que tous ceux qui, par leur aide, ont permis à cette manifestation d'être une réelle et entière réussite.

Prochain rendez-vous, l'incontournable Montée Historique du Col Saint Jean / Drôme Provençale, le 2 et 3 Juillet prochains.

Quant à l'exposition de véhicules d'époque organisée à Eyguières, ce sera le 24 Juillet. Tous les possesseurs d'automobiles, camions, motos, tracteurs historiques, sont conviés à y participer en masse, toujours dans le même esprit de convivialité et de passion.

 

 

6° MONTEE HISTORIQUE DE CEYRESTE

3 Avril 2022

 

« En Avril, ne te découvre pas d'un fil » Le vieil adage que l'on nous répète depuis la nuit des temps a pu être, une fois de plus, vérifié ce samedi 2 Avril, dans la pourtant très provençale ville de Ceyreste, à deux pas des plages de La Ciotat. Lors des traditionnelles vérifications administratives et techniques de la 6ème édition de la Montée Historique organisée par Phocéa Productions, c'est un froid très « nordique », attisé par un Mistral au meilleur de sa forme, qui attendait les quelques 75 participants à cette manifestation devenue incontournable.

Les nombreux spectateurs venus sur le parking de la salle polyvalente, malgré la froidure, purent admirer un plateau varié de voitures historiques venant tout droit des années 1960, 1970 et 1980. Parmi ces gloires de l'industrie automobile, trônaient une AC Cobra, une Morgan Drophead, une Berlinette Alpine groupe 4, une très véloce Alfa Roméo Giulia, une rare Daf 66 Marathon, aux côtés de R8 Gordini, Simca Rallye II, Renault 5 Turbo, Mini Cooper ou autre Renault 11 Turbo Zender. Quelques young timer plus récentes étaient également présents. Et puis, indissociables des Montées Historiques, les monoplaces et les protos : une Norma, une Jema, une MS 02, une barquette Serem et deux Martini de Formule Renault. Directement sortie de « La Fièvre du Samedi Soir », une Légend Car Chevy V8 dans le plus pur style Hot Road alimentait les conversations.

Tous les futurs participants, ayant sacrifié aux drastiques vérifications et avalé force cafés réconfortants, se donnaient rendez-vous le lendemain sur les 3 Km de l'ancienne course de côte créée en 1902.

 

Dimanche 3 Avril, dès potron-minet, tous les protagonistes se retrouvaient au Plan de Masse, où était installée la ligne de départ.

Rappelons qu'une montée historique n'est rien d'autre qu'une course de côte, avec les mêmes protocoles sécurité (commissaires de route licenciés FFSA, signaleurs, directeur de course, médecin urgentiste, ambulance, etc...). La seule différence étant l'absence de chronométrage, donc de classement. Convivialité, plaisir, passion et fun sont les maîtres mots de ces « démonstrations sur routes fermées »

La route, sécurisée et fermée par arrêté préfectoral voyait, à partir de 9 heures, les bolides s'élancer à l'assaut du Grand Caunet, devant de nombreux spectateurs attendris de revoir, pour certains, les autos de leurs enfances. A noter la parfaite discipline de ce public, bien encadré par les bénévoles de Phocéa Productions, tout au long du parcours.

De virages en virages, d'accélérations en coups de freins, de dérapages plus ou moins bien contrôlés en ennuis mécaniques, les deux montes matinales se déroulaient sans problème majeur, si ce n'est l'abandon de Marcel Pons, sur casse d'une durit d'huile provoquant un début d'incendie dans le moteur de la 205 GTI.

 

La pause méridienne permettait aux hommes et aux automobiles de prendre un court mais revigorant repos.

Après les cafés , les hostilités reprenaient à 13 h 30 pour deux montes supplémentaires, sous un ciel immaculé et une température bien plus clémente que la veille.

C'est dans le bruit des pneus martyrisés et avec l'odeur du Ferrodo trop sollicité, que la journée passait, et se terminait dans la salle polyvalente, où la Municipalité Ceyrestenne offrait à tous, participants et bénévoles un convivial apéritif (sans alcool). Michel Vignal en profitait pour faire un bref débriefing et pour remercier tous les intervenants : Patrick Ghigonetto, le maire de Ceyreste, toute la Municipalité, les services techniques et la Police Municipale. Il remerciait également tous les bénévoles sans qui rien ne serait possible, ainsi que les partenaires qui participèrent à cette belle réussite.

28° NUIT PROVENCALE

5 MARS 2022

 

La situation sanitaire, les incertitudes politiques, les tarifs du carburant et la frilosité de certains participants potentiels, rendent très difficile la réalisation d’événements réservés aux voitures historiques.

Le staff de Phocéa Productions le sait bien, qui a envisagé d'annuler la 28° édition de son emblématique Nuit Provençale. En effet, à la date butoir, le nombre des engagés était insuffisant pour s'aventurer dans l'organisation d'une telle manifestation.

Dès lors, une grande chaîne s'est créée parmi les passionnés, et en seulement quelques heures, les : amis des amis, les copains des copains, ont réussi à construire une liste tout à fait honorable, forte de 41 autos. Une liste variée de voitures parfaitement présentées, dont certains modèles rares, était particulièrement digne d’intérêt : une Morgan Drophead Plus 4, une Citroên Visa Chrono, une Renault 11 Zender, une Triumph TR7, une Lancia Integrale, deux superbes Berlinettes Alpine A110 et une meute d'Alfa Roméo diverses : Giulia coupés Bertone 1300, 1750 et 2000, une Giulia Super 1600, une GTV6 et deux rares Alfa 33.

 

Le départ, cette année, était donné à Ceyreste, sur les hauteurs de La Ciotat, où sera organisée, le 3 Avril prochain, la 6° Montée Historique, sur le tracé de la mythique course de côte née en 1912.

Dans un bref briefing, Michel Vignal insistait sur les notions de prudence, toutes les routes empruntées étant ouvertes à la circulation civile, ainsi qu'au respect des riverains, en particulier pour les nuisances sonores dans les traversées de villages.

 

Traditionnellement la Nuit Provençale est découpée en deux étapes, entrecoupées par un repas convivial pendant lequel les anecdotes multiples qui fusent de ci delà, ne coupent pas les appétits.

 

La première étape, on l'a dit, partait de Ceyreste pour un périple de 150 km, qui menait les protagonistes jusqu'à Gréoux-les-Bains, en passant par Grand-Caunet, la Sainte Baume, ND d'Orgnon, le Pas de la Couelle, le Puits-de-Rians, les Gorges de l'Infernet, Saint-Paul-lès-Durance, Ginasservis. Grâce à la Municipalité de Gréoux, une brève halte « collation » était offerte avec le concours amical de la famille Barton.

Après environ 30mn de pause, tous repartaient pour une boucle de 63 km, qui suivait le Ravin de Laval, Valensole, Allemagne-en-Provence, Esparron-de-Verdon, puis filait vers Manosque où un excellent repas était dégusté au restaurant Le Senzo.

Cette première étape était émaillée de quelques interventions de l'équipe d 'assistance et même de la dépanneuse... Les anciennes étaient un peu capricieuses après presque deux ans d'inaction.

 

Après les desserts et les cafés, la seconde étape, longue de 163 km, pouvait être effectuée, en commençant par le Col de la Mort d'Imbert, Saint-Martin-les-Eaux, Cereste-Vitrolles-en-Luberon, Grambois, Mirabeau, le Puits-de-Rians dans l'autre sens, Trets, Le Pigeonnier, La Bouilladisse, Roquefort-la-Bédoule et enfin arrivée à Ceyreste.

 

Cafés et viennoiseries accompagnaient, dans la salle polyvalente mise à disposition par la Municipalité Ceyrestenne, un cours débriefing et une remise des souvenirs à chaque participant ayant terminé le parcours.

 

Si ce n'était pas gagné d'avance, cette 28° Nuit Provençale fut une véritable réussite, due au travail, en amont et pendant l'épreuve, des bénévoles, et à la bonne tenue de tous les concurrents de cette manifestation atypique, où toute notion de compétition est bannie au profit de la convivialité et du fun.

3° MONTEE HISTORIQUE

DU MONT VENTOUX

26 Septembre 2021

 

 

Une Crosslè 95 de 1966 venant de Suisse, une Riley Sprite de 1937 venant de Grande Bretagne, une Nougatti (Bugatti) de 1933, une Monomil de 1960, une Mep X27 de 1973, deux Marcadier Barzoï et une Marcadier FF de 1968, côtoyant une R12 Gordini, plusieurs Rallye II et III, des Alpine A110 et A310, une Nissan Silvia Turbo, une Chevrolet Corvette, et des représentantes de toute la production automobile sportive des année 1960 à 1980.

Où peut-on rencontrer un tel patrimoine ?

Dans une montée historique, et en particulier sur les pentes mythiques du Mont Ventoux.

 

Tout cela étant orchestré par Phocéa Productions, qui continue à fêter son 30° anniversaire de la meilleure des façons, avec « professionnalisme » et surtout convivialité.

 

Et pourtant tout n'avait pas bien commencé, à cause d'une météo exécrable ; pluie, grêle, brouillard, orages, et toute le panoplie de ce que Zeus peut envoyer sur terre pour nous empêcher de vivre à fond notre passion.

Mais le Dieu Soleil n'avait pas dit son dernier mot, qui sortit durant la pause méridienne, pour devenir resplendissant au moment du départ de la deuxième monte.

Quelques inscrits sur la liste des participants, rebutés par les averses matinales s'en retournèrent vers des pénates plus accueillantes... C'était tout bénéfice pour les courageux qui, en restant, purent s'amuser 5 fois sur les 7,5 Km d'un parcours technique et ludique à souhait.

 

Tout commença Samedi 25 Septembre, dans la salle polyvalente de Sault (84), pour des vérifications administratives et techniques particulières, afin de satisfaire aux mesures imposées par la crise sanitaire de la Covid-19.

Tous les protagonistes (organisateurs, commissaires, pilotes et passagers) devaient présenter un Pass-Sanitaire pour avoir accès à « l'espace vérif », puis porter un masque.

Contraintes auxquelles certains refusèrent de se soumettre ; tant pis pour eux...

D'autres, trop crédules, ont porté crédit à des racontars colportés par les réseaux sociaux, affirmant l'annulation pure et simple de la Montée Historique.

C'était sans connaître la pugnacité de l'équipe de Phocéa Productions .

 

Dimanche matin, ils étaient quand même nombreux à se présenter au briefing des pilotes, sous une pluie battante. (quelques uns en ont profité pour dire qu'il pleuvait à Sault!!!)

Il fut décidé d'attendre et de voir.

Un « wait and see » de bon aloi, car vers 10h30 l'orage commença à s'éloigner, et la route n'étant plus détrempée, la première monte pouvait s'élancer.

Et les sourires des participants à l'arrivée étaient une récompense pour tous les bénévoles qui, tout au long du parcours avaient bravé les éléments pour assurer la sécurité des participants.

Qu'ils en soient félicités et remerciés.

 

On l'a dit, les montes de l'après-midi se déroulèrent sous le soleil et sur une route parfaitement sèche.

Michel Vignal et toute son équipe se congratulaient de n'avoir pas succombé à la facilité de l’annulation, et d'avoir su être patients.

Parmi les courageux pilotes de cette 3° édition de la Montée Historique du Mont Ventoux, s'il fallait n'en ressortir que trois, ce serait, en premier lieu Mister Simon Kelleway, sujet de Sa Gracieuse Majesté, venu s'attaquer aux pentes du Géant de Provence au volant de sa magnifique Riley Sprite. Il a promis de revenir l'an prochain, avec plusieurs amis et autant de belles autos.

Ensuite, la très sympathique Isabelle Rousset qui a su mener de main de maître sa Mep X27 à moteur Citroên GS.

Et puis, le coup de cœur de ce week-end particulier, Axelle Barton qui, du haut de ses 21 ans, et pour sa première participation comme pilote, a régalé les nombreux spectateurs au volant de sa Ford Fiesta groupe 2, et toujours avec une « banane » qui en disait long sur le plaisir qu'elle prenait. (son « fan-club » était ravi !!!)

 

Voilà, une Montée Historique qui fut difficile à mettre au point et à organiser, mais qui fut, de l'avis de tous, une très belle réussite.

L'équipe de Phocéa Productions associait à ce succès tous les partenaires de la manifestation ; les municipalités de Sault, Aurel et Bédoin, la DDE du Vaucluse, et les autocars Sumian, ainsi que l’Écurie des 7 Virages pour son aide.

7° MONTEE HISTORIQUE

COL SAINT JEAN / DRÔME PROVENCALE

 

Après de si longs mois pendant lesquels, pour cause de Covid-19, nos anciennes sont restées dans les garages, avec des fourmis pleins les pneus, Phocéa Productions a enfin pu organiser la 7° édition de la Montée Historique du Col Saint Jean / Drôme Provençale.

 

Cinquante huit pilotes, dont un bon nombre d'habitués, mais aussi quelques « rookies », avaient répondu présents, et se retrouvaient ce samedi 3 Juillet, au Musée du Rallye de Monte Carlo, au cœur du charmant village de Laborel, pour satisfaire aux traditionnelles vérifications administratives et techniques.

 

Dans ce patchwork de carrosseries, toutes plus belles les unes que les autres, on trouvait de nombreuses légendes de la production automobile et sportive des années 1960 à 1990 : Berlinettes Alpine, R8 Gordini, Rallyes II et III, Porsche, Lancia, Opel, Alfa-Roméo ainsi qu'une impressionnante Chevrolet Corvette. Plusieurs monoplaces très affûtées étaient également présentes.

 

La particularité de la Montée Historique du Col Saint Jean / Drôme Provençale, est de proposer deux parcours différents pendant le même week-end.

Le samedi après-midi, trois montes étaient programmées au départ de Laborel et arrivée au sommet du Col Saint Jean.

Le dimanche, deux montes le matin et trois montes l'après-midi, avec départ à Eygalayes et arrivée au sommet du col.

Ce système, au parcours présentant des profils très différents, remporte l'unanimité auprès des participants, ravis de cette aubaine.

 

C'est sous un soleil radieux, une chaleur déjà estivale, et dans les relents de parfum de lavande, que s'élançaient, dès 13h30, un premier plateau fort de 34 autos enfin délivrées du confinement.

Le second plateau, dans lequel évoluaient 24 autos, suivait, et aucun problème ne venant perturber l'évolution des bolides historiques, les deuxième et troisième montes pouvaient suivre en bon ordre, sous les applaudissements d'un public nombreux et discipliné, qui respectait toutes les règles de sécurité, en particulier en ce qui concerne les distanciations imposées par la pandémie.

 

Une bonne nuit réparatrice plus tard, on retrouvait les mêmes protagonistes dès potron-minet, pour une longue journée de passion et de plaisir.

Les deux montes du matin se déroulaient au mieux, malgré la pluie qui venait s'inviter entre Eygalayes et le Col Saint Jean. Une pluie qui permettait à certains de montrer leur talent, mais qui empêchait les monoplaces de s'exprimer.

 

Heureusement, pendant la pause méridienne, le soleil gagnait son combat contre les nuages, et l'après-midi les plateaux s’enchaînaient sans qu'aucun souci ne vienne entacher la fête.

En fin de journée, lors d'un apéritif (sans alcool) offert par la municipalité d'Egalayes, en présence de son dynamique maire Georges Roméo, Michel Vignal, dans un court debriefing remerciait tous les participants pour leur fair-play, les commissaires et les bénévoles pour leur efficacité, le public pour sa discipline et, bien entendu, tous les partenaires sans qui cette manifestation n'aurait pas été possible, en particulier les communes de Laborel, Eygalayes, Ballon, Izon-la-Bruisse et Vers-sur-Méouges.

 

Phocéa Productions pouvait enfin se réjouir d’honorer dignement le 30e anniversaire de sa création.

 

Les participants, qui arboraient encore un sourire révélateur, se donnaient rendez-vous pour la prochaine aventure, en particulier la Montée Historique du Mont Ventoux, le 26 Septembre 2021.

Entre temps, une exposition statique sera organisée le 25 Juillet à Eyguières, dans les Alpilles ; une première pour Phocéa Productions qui espère voir le Parking du Collège se remplir de véhicules historiques : autos, camions, caravanes, motos, tracteurs, etc...

 

 

2ème MONTEE HISTORIQUE DU MONT VENTOUX

 

Une F1 Lotus 18 de 1961, une F1 Cooper Climax T53 de 1961, une Austin Seven de 1936, une Lotus 22 de 1962, une Lotus é"B de 1963, une Lotus 51A de 1967, une Marcadier FM01 de 1965, une Hampe Gordini de 1976, une MEP X27 de 1973, une Porsche 906 de 1966, une Chevron B61 de 1984, et une fabuleuse Morgan Radflat Tricycle de 1948...

Voilà quelques unes des autos mythiques qui ont écrit l'histoire du Sport Automobile, que les spectateurs, nombreux et disciplinés, purent admirer dans leur élément. Autour de ces modèles rarissimes, voire uniques, la meute habituelle des Alpine, Porsche 911, R8 Gordini, Simca Rallye II et III, Alfa Roméo, R5 Alpine et R5 Turbo, Opel, BMW, Autobianchi, Lancia, et autres Ford Mustang ou Alfa Zagato, était aussi de la fête. Au total, 106 engagés pour cette deuxième édition de la Montée Historique du Mont Ventoux, organisée le 29 Septembre dernier par Phocéa Productions.

A noter le présence de participants arrivés de 19 départements différents, de l'écurie "La Meute", venue de Suisse avec quatre superbes autos, ainsi que de Karel Sauerbier, descendu de sa lointaine Hollande par la route, au volant de son Alfa Roméo 1600 GTA de 1966.

 

L'affiche de la manifestation mentionnait "Nouvelle Formule". En effet, cette année l'évènement ne se déroulait pas sur la traditionnelle route de Bédoin, mais empruntait la D164, sur les communes de Sault et de Aurel. Un tracé de près de 8 kms, plus technique, qui a ravi l'ensemble des participants.

La municipalité de Bédoin avait, quant à elle, mis à disposition le parking des Ermitants, tout près du Chalet Reynard, pour le parc d'assistance.

 

Dès samedi matin, c'était l'effervescence autour de la salle polyvalente de Sault, où se déroulaient les incontournables vérifications administratives et techniques. Venu en ami et en voisin, le tout premier à se présenter devant les commissaires, était l'inénarrable Edmond Simon, qui profitait de cet évènement pour peaufiner les derniers réglages de son Opel Ascona Gr 2, en vue du prochain Tour de Corse Historique.

Le reste de la journée permettait au public d'approcher au plus près des bolides que l'on ne voit habituellement qu'en photos dans les pages des revues spécialisées.

 

Après une bonne nuit de sommeil, organisateurs, commissaires et participants étaient prêts à en découdre, sous un soleil encore estival.

Pour des questions de logistique, en particulier dans la gestion des espaces et du temps, la centaine d'autos à prendre le départ, était divisée en deux plateaux, et c'est vers 9h que pouvait débuter la 2ème Montée Historique du Mont Ventoux.

La monte du matin se déroulait sans problème, dans le vrombrissement des moteurs et le crissement des pneus martyrisés.

La pause méridienne permettait aux mécaniques comme aux "concurrents" de reprendre des forces avant de se jeter dans les deux montes de l'après-midi.

Lors du premier passage, tout allait pour le mieux, jusqu'à l'arrivée, en fin de parcours, de la Morgan Redflat, qui partait dans une spectaculaire sortie de route.

L'intervention immédiate du médecin urgentiste et de l'ambulance de l'organisation permettait de donner les premiers soins à l'équipage, certes choqué, mais que très superficiellement blessé.

Plus de peur que de mal, donc, mais la venue sur les lieux de pas moins de huit véhicules de pompiers et de deux autos de la gendarmerie, bloqua la manifestation pendant plus de deux heures (alors que les accidentés étaient déjà rapatriés sur l'hôpital de Carpentras, et que les nouvelles étaient bonnes).

La rumeur d'une éventuelle annulation de l'épreuve par les autorités se répandit comme une traînée de poudre parmi les participants, si bien que quelques uns, trop pessimistes, montèrent les autos sur les remorques, pour un retour à la maison anticipé.

La majorité, plus optimiste, eut raison de patienter, car la manifestation put redémarrer et la troisième monte eut lieu dans d'excellentes conditions ,

C'est par un court débriefing, devant quelques boissons fraîches, que se terminait cette deuxième Montée Historique du Mont Ventoux. Michel Vignal, l'emblématique président de Phocéa Productions, en profitait pour remercier tous les participants pour leur discipline, leur fair-play et surtout pour leur indulgence et leur sérénité. Les remerciements allaient ensuite à tous les bénévoles; commissaires, signaleurs, membres de l'organisation, et enfin aux différents partenaires, en particulier aux municipalités de Sault, d'Aurel et de Bédoin.

 

 

 

>

2° RONDE HISTORIQUE DES ALPILLES

 

 

C'est sur les terres de Frédéric Mistral que s'est déroulée, le 18 Mai dernier, la deuxième édition de la Ronde Historique des Alpilles, organisée par Phocéa Productions, avec pour plaque tournante la charmante et dynamique ville d'Eyguières, dont la municipalité était complètement acquise à la cause des organisateurs et des participants.

 

Le concept de cette manifestation est simple et attrayant : il s'agit de rejoindre, en empruntant des routes ouvertes à la circulation publique, des portions privatisées, donc interdites au passage de tous véhicules non accrédités.

L'itinéraire est consigné dans un road-book distribué au dernier moment, afin d'éviter d'éventuelles reconnaissances.

C'est donc sur le modèle des rallyes traditionnels que les participants devront en découdre. La différence fondamentale réside dans l'absence de chronométrage, donc de compétition. Plaisir, passion et convivialité sont les seuls « impératifs » de ce type d'évènement, réservé aux voitures historiques, sportives ou familiales.

 

Après les vérifications techniques et administratives d'usage, suivies des cafés et des viennoiseries traditionnelles, Michel Vignal, dans un bref briefing, présentait aux concurrents l'équipe qui allait les encadrer tout au long de la journée, à savoir une quinzaine de bénévoles de Phocéa Productions, vingt commissaires de route licenciés FFSA, un directeur de course, un médecin urgentiste, une ambulance et une dépanneuse.

Il insistait aussi sur les notions élémentaires en matière de sécurité et de respect inconditionnel du code de la route, en particulier dans la traversée des villages.

 

A la lecture de la liste des engagés, on pouvait noter l'éclectisme des « anciennes » inscrites, ainsi que leur haut niveau de préparation et de présentation.

Les plus remarquées étant une Audi Quattro, une Lancia Intégrale , une R12 Gordini quasiment neuve, une superbe Rallye II et une Volvo 122S. Le reste du plateau était composé d'un large panel de la production des années 1970 et 1980.

A noter que Patrick Ferrier et Laurence Busson (Lancia Intégrale) étaient venus de leur lointain Jura pour participer à cette épreuve atypique.

 

La manifestation était découpée en quatre étapes, comportant chacune deux « spéciales », pour un total de 175 km, dont 55 km de routes fermées.

La première étape débutait à 11 heures, sous un soleil printanier venu illuminer les oliveraies et les champs de coquelicots. Seule ombre au tableau : l'abandon de Jean-Marc Petit, moteur cassé sur la Simca 1200S.

La pause méridienne permettait à tous de se restaurer autour du food-truck de l'ami Erwan, à proximité du parc d'assistance.

La deuxième étape se déroulait sans incident, et ce n'est qu'au cours de la troisième étape que la pluie venait pimenter la manifestation, sans pour autant décourager les participants .

Après la quatrième étape,disputée elle aussi, en partie, sous des trombes d'eau, tous les intervenants de cette 2° Ronde Historique des Alpilles se retrouvaient dans la toute nouvelle salle polyvalente de l'ancienne gare, pour partager un bon moment de convivialité autour de l'apéritif d'honneur aimablement offert par la municipalité d'Eyguières.

Un court débriefing permettait à Michel Vignal de remercier les participants pour leur discipline et leur fair-play, les commissaires et les bénévoles pour leur disponibilité et les partenaires (municipalité, services techniques, police municipale) pour leur aide aussi amicale qu'efficace.

Il regrettait toutefois le nombre assez limité des participants ; seulement 30 équipages ayant pris le départ. Et comme c'est souvent le cas, les absents ont eu tort...

Puis, petit à petit, tout ce beau monde se séparait, se donnant rendez-vous, pour certains, à Eygalayes les 6 et 7 Juillet, pour la 6° Montée Historique du Col St Jean / Drôme Provençale.

1ère Montée Historique du Mont Ventoux

 

 

Le 1er Octobre dernier a eu lieu la première Montée Historique du Mont Ventoux.

N'en déplaise aux faiseurs de cancans, aux pisse-vinaigre et aux rabat-joie de tous acabits, Phocéa Productions a pu organiser, dans les meilleures conditions possibles, cette évocation de la mythique course de côte qui, entre 1902 et 1976, a vu les meilleurs spécialistes de la  montagne  s'affronter sur les pentes du Géant de Provence.

Raccourcie pour des raison d'urbanisation, le départ était donné à la sortie de l'épingle de Saint Estève, et l'arrivée était fixée à un jet de pierre du Chalet Reynard, soit 8,3 Km d'un parcours à la fois ludique et technique.

 

Les quelques 130 engagés ont profité pleinement d'une route au revêtement idéal, et parfaitement sécurisée par un accès interdit à toute circulation, et par la présence de 20 postes de commissaires, tous aguerris depuis de nombreuses années à ce genre de responsabilité.

 

Parmi les participants, on pouvait noter les présences exceptionnelles et amicales de Bernard Fiorentino, qui retrouvait avec beaucoup d'émotion la Matra 650 qu'il avait pilotée au Tour Auto 1971, de Jean-Pierre Ballet au volant d'une 205 Turbo 16 évolution, du toujours jeune Bob Neyret aux commandes de sa Citroën SM Bandama, ainsi que de Jean-Marie Alméras avec sa magnifique Porsche 635 Silhouette.

A côté de ces VIP, le plateau était particulièrement relevé, avec quelques voitures rarissimes, voire uniques, à l'instar de la Salmson 2300S de 1955, de la Panhard X87 de 1952, de la MG NA de 1935, venue d'Angleterre, de la Ford GT40 MK1 de 1966 et de la mystérieuse et monstrueuse Kellison J4R de 1956.

Berlinettes Alpine, R8 Gordini, Simca Rallye II et 1200S, Alfa-Roméo, Lancia, Opel, Porsche et plusieurs Dauphines Proto très affutées, ainsi qu'une vingtaine de monoplaces, complétaient un plateau de rêve, qui fit vibrer durant toute la journée, un public nombreux, et, il faut le souligner, particulièrement discipliné.

 

Une météo clémente et l'absence de problèmes majeurs permirent à tous d'effectuer les 3 montes prévues, et si ce type de manifestations, souvent dénommées démonstrations, ne comportent ni chronométrage ni classement, la convivialité entre pilotes était souvent source de défis, suivis de railleries, de plaisanteries ou de moqueries, toujours bon-enfant et jamais méchantes.

 

La journée se terminait au Chalet Reynard par le traditionnel pot de l'amitié offert par Phocéa Productions, pendant lequel les anecdotes fusaient de tous côtés, et qui permettait aux concurrents ravis, de louer chaleureusement les organisateurs qui surent gérer cette manifestation avec talent, bonne humeur et passion.

 

Tous se quittaient, alors que le soleil se couchait sur le Mont Ventoux, en se promettant de revenir l'an prochain.

Quant au staff de Phocéa Productions, après s'être congratulé, il se plongeait dans les dernières mises au point de la 1ère Ronde des Alpilles qui se déroulera le Samedi 21 Octobre.